Question:
Comment gérez-vous le malheur dans Civilization 5?
Blindy
2010-09-30 01:50:13 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Quelqu'un d'autre a-t-il un problème avec un manque insensé de bonheur dans leurs empires?

C'est tellement mauvais pour moi que j'ai regardé les politiques sociales uniquement en fonction de leur bonheur, mais les rares qui ajoutent du bonheur sont attachées à des choses comme les ressources, les universités et les voies commerciales, qui tardent à arriver tôt dans le jeu (et même plus tard, la population augmente beaucoup plus vite qu'eux).

En temps de guerre, l'IA abandonne parfois et cède comme 12 villes à la fois pour la paix (ce que je serais stupide de ne pas prendre), et même gardé comme des marionnettes mon malheur a chuté à -81 à un moment donné (grande carte ....) et j'ai dû dépenser beaucoup d'or pour construire rapidement les quelques structures de bonheur dans les quelques villes que je n'ai pas les avoir dedans.

Alors, comment faites-vous? Limitez-vous votre installation? Qu'en est-il de la conquête des civilisations? Y a-t-il une astuce ou tout ce que je peux faire est de rechercher rapidement des colisée et des théâtres et cet autre bâtiment?

Vraisemblablement, si l'ordinateur est prêt à vous proposer 12 villes, il accepterait également que vous en supprimiez certaines afin que vous n'obteniez que les très bonnes. À moins que cela ne sabote intentionnellement votre bonheur, ce qui serait une IA impressionnante ...
Une autre stratégie consiste simplement à [accepter d'avoir une population en colère] (http://forums.civfanatics.com/showthread.php?t=382812), car il n'y a que deux niveaux effectifs de malheur.
Voilà une lecture intéressante. Je me demande s'ils vont résoudre ça!
J'allais * dire * que si jouer au jeu vous rend malheureux, vous devriez arrêter de le jouer. Mais tant pis.
Boire beaucoup.
Comment gérez-vous le malheur? Le sucre aide beaucoup. Aussi du vin. C'est comme la vraie vie!
Mon ami et moi avons beaucoup joué, et il a toujours semblé malheureux, je pensais qu'il ne comprenait tout simplement pas le jeu car je n'avais jamais eu de problèmes avec lui, terminant la plupart des jeux avec plus de 230 bonheur, peut-être que c'est vraiment un problème en dehors de lui
Onze réponses:
#1
+35
sjohnston
2010-09-30 02:11:33 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En temps de guerre, l'IA abandonne parfois et remet comme 12 villes à la fois pour la paix (ce que je serais stupide de ne pas prendre)

Je pense que votre conclusion ici peut être faux. Si ces villes doivent faire naître votre bonheur, il n'est peut-être pas dans votre intérêt de toutes les prendre en même temps. Il n'y a pas de source magique de bonheur qui vous permettra d'absorber un nombre illimité de villes ennemies dans votre empire sans répercussions.

Utilisez les méthodes suivantes pour augmenter le bonheur:

  • Construisez des palais de justice dans les villes capturées. Cela annule le malheur de l'occupation.
  • Obtenez autant de ressources de luxe que possible (en construisant les améliorations appropriées sur leurs tuiles ou par le biais des alliés de la cité-état). Recherchez des ressources juste à l'extérieur de vos frontières et envisagez d'acheter ces tuiles. Planifiez de nouveaux emplacements de ville en gardant à l'esprit les endroits où vous pouvez obtenir le plus de ressources de luxe.
  • Construisez des structures productrices de bonheur: cirque, Colisée, théâtre, stade et tombe funéraire si vous êtes égyptien.
  • Construisez des merveilles produisant le bonheur comme les jardins suspendus et la tour Eiffel.
  • Obtenez des politiques sociales (il y en a beaucoup) qui fonctionnent avec votre empire existant pour augmenter le bonheur. Regardez comment ils génèrent le bonheur et trouvez ceux qui correspondent à votre style de règle. N'essayez pas de changer tout votre empire juste pour tirer un peu plus de bonheur d'une politique sociale.

De plus, utilisez les villes fantoches à votre avantage et ne vous en faites pas trop. Si prendre toutes ces villes va vous paralyser, cela n'en vaut peut-être pas la peine. Un empire vaste et dysfonctionnel est-il préférable à un empire légèrement plus petit et fonctionnel?

Les palais de justice prennent au moins 6 tours pour même commencer à construire et ne peuvent pas être achetés, et avec le pack de 12 villes vient tout un continent de ressources. Vous avez cependant un point sur les tombes funéraires, oubliez-les, je vais essayer les Egyptiens!
Oui, les palais de justice sont lents et douloureux. De plus, si votre ennemi a désespérément besoin de paix, vous l'avez probablement complètement dépassé. Peut-être pourriez-vous les manger en deux ou trois bouchées, au lieu d'une?
Je commence presque toujours avec des marionnettes et quand la résistance est partie, j'annexe la ville et j'achète un palais de justice pour ne jamais ressentir de malheur supplémentaire lié à l'occupation.
#2
+28
WillfulWizard
2010-09-30 02:29:04 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Avez-vous envisagé de laisser les villes comme des marionnettes pendant un certain temps?

Malheureusement, vous devrez prendre les villes avec vos militaires plutôt que de les emmener dans un commerce pour la paix. Cependant, si une Civ vous donne une douzaine de villes pour la paix, il y a de fortes chances que vous les fassiez battre et prendre les villes ne sera pas un problème. Et pour votre problème, vous obtenez:

  • Les villes marionnettes ne causent pas autant de malheur qu'une ville annexée.
  • Puisque vous devez prendre les villes avec des unités, vous Je vais ralentir beaucoup les villes et étaler l'impact sur votre bonheur. Donc plus de temps pour réagir.
  • Si vous voulez vraiment contrôler chaque ville, vous pouvez les annexer plus tard. Cependant, vous pouvez étendre l'effet encore plus en les annexant un à la fois, en construisant un palais de justice, puis en annexant le suivant APRÈS que le premier soit heureux et utile.
Je recommande fortement ceci. Si vous laissez une ville comme une marionnette pendant un certain temps, elle * deviendra * plus grande et construira toutes sortes de bâtiments utiles - souvent même des bâtiments améliorant la production (comme l'atelier). Cela signifie que plus tard, lorsque vous les annexerez, le palais de justice sera construit ** beaucoup ** plus rapidement que si vous les aviez annexés immédiatement. J'ai même atteint un état une fois lorsque l'annexion de villes marionnettes a en fait augmenté mon bonheur (bien que pour être honnête, j'avais la politique de l'État policier, me diaboliser).
Oui, la plupart des villes sont des marionnettes, mais ce n'est pas suffisant.
@Blindy On dirait vraiment que vous essayez de prendre trop de villes à la fois. (Si je me souviens bien de ceux-ci du collège ...) Les empires peuvent échouer parce qu'ils deviennent: Trop gros pour se défendre, trop gros pour nourrir ou trop gros pour gouverner. Vous venez d'agrandir votre empire plus grand que vous ne pouvez gouverner à ce moment-là.
Pour être honnête, il n'y a pas de "trop ​​grande pour défendre" dans Civ5, plus vous avez de villes, meilleure est la défense que vous pouvez monter. La nourriture n'est pas non plus un problème. Et vous penseriez que le fait d'avoir chaque ville entourée de 3-4 autres rendrait les gens heureux et en sécurité, et non suicidaires à la limite.
@Blindy On dirait que vous n'avez jamais 1) Joué à un jeu multijoueur où les autres joueurs se liguent contre vous lorsque vous devenez grand et attaquent de plusieurs côtés ou 2) vivaient à New York. t tout à fait logique. Je ne me souviens pas vraiment que ce soit de la nourriture.
#3
+17
Damon
2010-10-07 14:24:38 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Bien que vous ayez déjà répondu, je vais apporter mon argent, car gérer le bonheur est l'un des plus grands défis de Civ. V.

Étape 1) Réalisez que le malheur est inévitable. Les villes grandiront jusqu'à ce que le malheur ralentisse leur croissance. Par conséquent, soyez toujours à l'affût des moyens d'augmenter le bonheur.

Étape 2) Les luxes sont une source majeure de bonheur, surtout du début à la mi-partie. Assurez-vous d'exploiter, d'exploiter ou de construire une plantation sur chaque luxe à l'intérieur des frontières de votre empire et de choisir de nouveaux emplacements de ville en fonction de leur proximité avec de nouveaux luxes.

Étape 3) Explorez et rencontrez vos voisins. Chaque type de luxe individuel ne donne à votre civilisation que le même bonheur +5, c'est-à-dire qu'avoir 2 sources de soie ne donne plus de bonheur que d'avoir une seule source. Cependant, si vos voisins ont eux-mêmes un excès de luxe, vous pouvez échanger différents produits de luxe en donnant à chaque nation un bonheur supplémentaire de +5. Un mot d'avertissement, si le luxe répertorié en a un entre parenthèses comme celui-ci "(1)", alors c'est le dernier morceau de ce luxe particulier de la nation. Les citoyens de l'IA seront très réticents à s'en séparer et leur prix augmentera.

De plus, je n'ai jamais vu l'IA proposer une offre d'échange de produits de luxe. Le joueur doit régulièrement consulter le menu de diplomatie pour voir si une nation a un excès de luxe que vous pourriez échanger. Parfois, vous pouvez payer plusieurs centaines d'or au lieu de vous offrir un luxe.

Étape 4) Gardez vos sous pour corrompre les villes-États. La corruption des villes-États présente de nombreux avantages, notamment un supplément de nourriture et de culture. Désormais, si cette cité-état est un allié, partagez également ses ressources stratégiques et son luxe avec vous. Alors, parcourez le menu Diplomatie pour voir quelles Cités-États ont des luxes que vous n'avez pas. C'est un excellent moyen de gagner plus de bonheur.

Étape 5) Construisez des colisées, des cirques et des théâtres. Ces bâtiments prennent beaucoup de temps à construire, mais sont finalement l'un des rares moyens de garnir le bonheur à un niveau généralisé. Je mentionne ces bâtiments pour leur économie, ils donnent la meilleure quantité de bonheur pour la maintenance gpt.

Étape 6) Contrôlez l'expansion. Si votre bonheur est déjà à 2 ou 3, il n'y a pas de place pour une autre ville jusqu'à ce que le bonheur monte (une exception pourrait être faite pour une ville qui ajoute un nouveau luxe à votre empire). Cela signifie également ne pas acquérir de villes ennemies lorsque votre bonheur est déjà bas. Puisqu'il y a un plafond de bonheur pour l'expansion, un joueur ne devrait acquérir que des villes ennemies qui valent la peine d'être conservées à long terme. Sinon, ils devraient simplement être rasés sans cérémonie. Si nécessaire, un colon peut toujours être envoyé pour récupérer l'emplacement dans des circonstances plus avantageuses.

Étape 7) Annexez les villes une par une, et construisez immédiatement un palais de justice. Les villes fantoches peuvent être ennuyeuses avec leur tendance à construire des casernes et des arsenaux quand elles ne peuvent pas construire d'unités militaires. Pourtant, une ville annexée fournira plus du double du malheur en tant que ville normale (au moins 6 malheur plus la population * 1,2). Gardez à l'esprit que s'ajoute le malheur que cela crée en tant que ville normale. L'annexion présente de nombreux avantages, le processus doit juste être planifié pour ne pas étouffer la nation.

Je n'ai pas discuté de bâtiments ou de stratégies spécifiques à une nation, mais il y en a. L'Inde en particulier obtient une réduction significative du malheur causé par la population.

les ressources lux ne donnent que +4 pas +5 de bonheur
#4
+8
New Guy
2010-10-02 02:54:58 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Concernant l'empire devenant trop grand, il faut s'adapter à la situation. Voici un exemple d'un jeu auquel j'ai joué:

En 220 avant JC, j'avais 27 villes. Je jouais sur un immense continent, avec 18 empires, au rythme le plus long.

Mon continent était immense, le plus grand des trois et j'avais attaqué et conquis les 5 civilisations qui étaient sur mon continent . J'avais 5 à 6 villes à moi-même, avec 21 marionnettes, vous ne pouvez pas savoir quelle est sa taille sans la voir. Comme j'avais capturé beaucoup d'ouvriers, j'ai construit beaucoup de routes: quand vous avez 20 ouvriers et que votre légion romaine construit des routes, c'est rapide et vos villes deviennent beaucoup plus faciles à défendre. Puisque je savais que j'étais maintenant seul maintenant sur ce continent dévasté, je n'avais pas besoin de beaucoup de défense. Je pourrais juste travailler sur ma ville.

Il vaut la peine de mentionner que l'équilibre du bonheur du jeu est un peu bancal, ce qui est probablement la cause de votre "insensé manque de bonheur". Les villes fantoches ne produisent pas beaucoup de malheur: ce sont les habitants de vos autres villes qui en sont la cause. Par exemple, dans mon cas, j'avais beaucoup de carreaux d'or et toutes les ressources de luxe possibles en plus de trois (baleine, perles et ivoire) .J'avais 5 carreaux de coton et 3 carreaux d'argent, mais ils ne font aucun bonheur après le premier tuile. Ce serait bien qu'ils fournissent au moins quelque chose.

Avec mes six villes, j'ai acheté ou fabriqué un Colisée et un cirque si j'en avais la possibilité.

En fait, je Je suis maintenant à 1720 après JC dans la chronologie et la seule chose que j'ai faite jusqu'à présent est de travailler sur le bonheur. Je suis à plus de 40 villes (j'en ai fait une nouvelle pour couvrir tout l'espace terrestre) mais le problème de base est que dès que j'ai eu peu de points de bonheur, la ville a grandi d'un autre niveau et je suis retournée au négatif. Toutes mes recherches et mes branches sociales se concentrent sur le bonheur.

Quand j'ai obtenu le bonus de bonheur de + 20%, j'ai fait un énorme saut de -3 à +12. Puis quand j'ai fait le Palais Interdit, je suis allé à +30 ou plus. C'est alors que j'ai commencé à annexer toutes mes marionnettes. Maintenant que ces villes ne sont plus des marionnettes, elles sont à moi et je produis des bâtiments sur tout le continent. C'est difficile à suivre: un tour, mon revenu est de +60 or, le suivant est de -20 (c'est une exagération, mais vous voyez l'idée), mais dans l'ensemble, cela en vaut la peine. Cela est particulièrement vrai à l'âge d'or, où je gagne +350 pièces d'or par tour.

De plus, grâce à tous les alliés maritimes neutres, mon bonus de nourriture est incroyable, ce qui signifie que ma ville a grandi assez vite. Je vois que la meilleure ville de l'autre empire compte neuf personnes; pour moi, neuf est la moyenne de toutes mes villes, y compris ma dernière.

Mon armée est toujours composée de légions et de cavalerie. Je n'ai jamais eu besoin d'en créer un nouveau car les deux derniers empires sont loin et je n'ai besoin que de tuer des barbares en mouvement. Quant à la technologie, je suis sur le point de découvrir Tanks! En 1750, je produirai des chars, et je ne pense pas que leurs petits tireurs seront de la même manière.

Donc dans l'ensemble, cela dépend de votre environnement. Pouvez-vous équilibrer beaucoup de villes sur de courtes périodes? Si c'est le cas, vous allez être assez puissant. Je suis sur le point d'atteindre 1500 points. Je ne sais pas à quel point c'est bon, mais si je regarde le meilleur ordinateur avec ses 25 villes, il n'en a même pas la moitié.

#5
+6
user6506
2011-01-22 05:09:51 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je suis d'accord avec la plupart de ce qui a été dit ici, et j'ajouterai ceci:

Le mécontentement diminuera d'un par tour par ville et durera aussi longtemps que le nombre de citoyens dans cette ville. Cela signifie qu'une ville à 2 citoyens sera remise sur les rails plus rapidement qu'une ville à 12 citoyens.

Je détruis souvent des villes qui ne sont pas dans des endroits idéaux et qui ne produisent pas assez d'or. Je garde comme marionnette une ville bien située avec beaucoup d'or et d'autres carreaux de luxe autour. Une fois, j'ai même offert une ville à un voisin pour qu'il reste paisible envers moi; cela a plutôt bien payé et a considérablement réduit mon malheur.

Une fois que je suis entré en guerre et que j'ai obtenu de nombreuses villes (d'un traité de paix ou par conquête), je m'assure qu'elles ne poussent pas rapidement en supprimant la nourriture tuiles et les remplacer par des comptoirs. En faisant cela, je gagne plus d'argent plus rapidement en achetant un colisée ou d'autres bâtiments liés au bonheur dans les villes que je possède - 60 pour accepter 10 villes pour un traité de paix est habituel, devrait être proche de 0 après 10 tours.

Je garde toujours une ville capturée comme une marionnette; il n'est pas nécessaire de les annexer, même si vous pensez qu'il serait préférable de choisir quoi construire là-bas. Il est préférable de le raser et d'y envoyer un nouveau colon (économiser 5 pièces d'or / tour pour ne pas avoir le palais de justice / la ville est un must pour moi).

Je change également la scierie en poste de traite, ce qui réduit La vitesse à laquelle ils sont construits. Avoir de l'or supplémentaire vous permet également de construire le théâtre à coût d'entretien élevé dans votre propre ville une fois que vous avez atteint cette technologie.

Une autre raison de les garder comme marionnettes est de maintenez la qualité de la culture suffisamment basse pour obtenir les prochaines politiques, et ils construiront généralement le monument et le temple assez rapidement pour donner un coup de pouce supplémentaire pour obtenir de belles politiques qui donnent du bonheur.

J'ai joué plus de 15 matchs au cours des cinq dernières semaines, principalement sur une immense carte, et j'ai remporté quelques conquêtes avec un minimum d'annexion de la ville. La seule bonne raison d'annexer une ville est lorsque vous arrivez sur un autre continent et que vous voulez en sortir une nouvelle unité de guerre ou un nouveau colon!

Avoir 6 à 12 villes seul et avoir tout le reste car les marionnettes suffisent; vous n'avez pas besoin de plus que cela pour gagner facilement le jeu.

J'ai également gagné le jeu une fois en construisant la navette spatiale vers 1950-2000 après JC sur une immense carte avec 10 villes à moi niveau de difficulté 4. Il n'y a pas eu de guerres du tout et j'ai rarement eu du malheur, pas moins de -5 pendant quelques tours. J'ai gardé une armée petite mais forte au cas où; c'était facile d'avoir des unités avancées car je me concentrais sur la science.

#6
+4
orbach
2011-09-18 11:25:34 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je suis d'accord avec la plupart de ce qui a été dit avec quelques mises en garde:

  1. Éviter la croissance est une façon grossière de gérer la croissance des citoyens. Un ajustement plus précis peut être atteint en assignant manuellement les citoyens pour minimiser la nourriture tout en maximisant la production, l'or, la culture ou la science. L'ajustement manuel ne devrait être que temporaire jusqu'à ce que le bonheur atteigne un point confortable.

  2. L'annexion d'une ville peut être très avantageuse si cette ville a des merveilles. Les capitales des grandes villes ennemies devraient probablement toujours être annexées, car ces villes ont tendance à avoir le plus de merveilles et sont les plus développées.

  3. Lorsque vous entrez dans l'âge d'or, définissez le citoyen des villes allocation à l'or pour accumuler de grandes quantités d'or afin que le bonheur ultérieur puisse être augmenté rapidement en achetant des bâtiments produisant du bonheur. Pensez également à définir les villes sur la production de richesse, bien que cela dépende du nombre de points de production d'une ville, car la production de richesse ne génère en or que 10% des points de production de la ville. Presque oublié, éliminez également les routes et les unités inutiles pour réduire les dépenses d'or par tour.

  4. Enfin, planifiez à l'avance. Si le bonheur descend à environ +3, concentrez-vous sur l'augmentation du bonheur et / ou le contrôle du malheur:

Pour résumer:

  1. Augmentez le bonheur en construisant / en achetant des bâtiments et des merveilles produisant du bonheur, en détruisant des villes improductives, en achetant et en améliorant des tuiles avec des objets de luxe que vous n'avez pas et en échangeant pour les mêmes. Vous auriez dû développer les politiques sociales de piété au début du jeu. Habituellement, je fais d'abord l'honneur puis la piété.

  2. Contrôler le malheur en attribuant manuellement les citoyens de telle sorte que la production alimentaire soit nulle et qu'aucun nouveau citoyen ne puisse être créé. Évitez d'annexer les villes jusqu'à ce que le bonheur revienne à environ 10.

Souvenez-vous que plus il y a de bonheur, plus les politiques sociales deviennent rapidement disponibles. Il est particulièrement important d'avoir un bonheur élevé jusqu'à ce que la politique sociale de la théocratie de la piété soit élaborée.

Bon conseil, mais je ne suis pas d'accord sur deux choses: (1) il est vrai que conquérir des villes avec des merveilles est généralement une bonne chose, mais il n'est pas nécessaire de l'annexer pour en tirer les avantages, il suffit de le marionnette (voir [cette question connexe] ( http://gaming.stackexchange.com/questions/10756/hostile-takeovers-does-your-civilization-receive-the-benefits-of-wonders)), et (2) le bonheur n'augmente pas le taux auquel les politiques sociales deviennent disponibles, ces deux aspects sont séparés, à moins que vous ne preniez la politique «l'excès de bonheur devient culture».
#7
+4
Dananski
2012-06-10 06:54:01 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'y ai réfléchi récemment car j'en ai un peu marre des problèmes de malheur dans mes matchs. Il semble que le problème, c'est que j'aime construire des villes qui ne se chevauchent pas avec de grandes populations, mais c'est très difficile à mettre à l'échelle avec d'énormes cartes.

Le bonheur vient de:

  • Bâtiments - évolutif avec le nombre de villes
  • Politiques spéciales - évolutif avec le nombre de villes
  • Sources «auxiliaires» - ne se met pas à l'échelle; c'est à dire. Merveilles (comme Notre-Dame), luxe et merveilles naturelles.

Bâtiments

Colisée (2) + Théâtre (3) + Stade ( 4) = 9 bonheur.

Disons que vous obtenez environ 1 malheureux par population (je pense que le ratio réel dépend du niveau de difficulté et si vous êtes Gandhi) et ignorez le malheur du nombre de villes pour le moment. Cela signifie qu'en fin de partie, vous ne pouvez avoir que des villes de taille 9 ou moins sans ronger votre bonheur «auxiliaire». Cela me semble très contraignant car je vise des villes de 20 ou plus.

Ajoutez plus de bâtiments à cette liste en essayant de placer chaque ville avec accès à la pierre (Stone Works donne +1 heureux) et aux chevaux / ivoire (Cirque +2) et en choisissant les politiques sociales:

  • Honneur : les bâtiments défensifs donnent du bonheur (jusqu'à + 4 / ville au total!)
  • Piété : certains bâtiments culturels donnent le bonheur (ne peut pas se combiner avec le rationalisme)
  • Rationalisme : certains bâtiments scientifiques donnent le bonheur (ne peut pas se combiner avec piété)
    etc. (les politiques changent énormément lorsque le jeu est mis à jour dans mon expérience)

Politiques spéciales

Ces trois politiques fournissent un bonus de bonheur direct pour chaque ville :

  • Liberté -> Méritocratie (+ 1 / ville; -5% de mécontentement des citoyens) [req. route commerciale]
  • Honneur -> Caste militaire (+ 1 / ville) [req. garnison]
  • Ordre [lors de l'ouverture de cette arborescence de règles] (+ 1 / ville)

Avec les bâtiments ci-dessus, cela représente un maximum d'environ 18 à 22 heureux par ville, mais une grande partie de cela est plafonnée par la quantité de malheur que cause la ville - donc c'est ce n'est pas si avantageux de construire de nouvelles villes pour construire plus de ces bâtiments juste pour augmenter le bonheur!

Notez que ce maximum théorique est difficile à atteindre même vers la fin du jeu et même dans ce cas seulement approximativement la moitié de la population qu'une ville peut avoir travaillé des tuiles. Je recommande donc que lors de la planification de l'emplacement de vos villes, ne vous inquiétez pas trop des chevauchements ou des pénuries alimentaires. Gardez un œil sur votre `` taille maximale de la ville heureuse '' pendant que vous développez les technologies nécessaires aux bâtiments et que vous obtenez des politiques sociales. À certaines étapes du jeu, vous verrez que les villes approchent de cette valeur cible et cela pourrait valoir la peine d'arrêter leur croissance en transformant les fermes en comptoirs commerciaux, en vendant des greniers et en détournant le surplus de nourriture en bâtiments de colons.

Sources auxiliaires

Comme vous pouvez toutes les obtenir alors que vous avez autant ou aussi peu de villes que vous le souhaitez, elles peuvent être considérées comme une réserve statique de bonheur. Lorsque vous avez très peu de villes, c'est le principal facteur de bonheur et vous pouvez vous y fier sans avoir besoin des politiques et des bâtiments ci-dessus.

Dans les grands jeux, vous ne pouvez pas compter sur le luxe pour garder tous vos villes heureuses, même si vous les avez toutes. Pourtant, dans cette situation, les sources auxiliaires fournissent:

  • un filet de sécurité pour les baisses soudaines de bonheur (capturer une ville; poussées de croissance)
  • un moyen d'avoir quelques villes plus grand que la limite habituelle
  • excès de bonheur pour économiser en vue d'un âge d'or

Je pense que quelque chose qui aurait pu surprendre les gens est que dans les jeux Civ précédents, les merveilles et les luxes donnaient généralement un bonus à toutes les villes (c'est-à-dire que l'effet était proportionnel au nombre de villes), ce qui signifie que vous pouviez prévoir d'en avoir des centaines des grandes villes et ne vous inquiétez guère des bâtiments tant que vous avez le luxe et quelques merveilles décentes. Maintenant, c'est le contraire qui est vrai et vous devez vous concentrer davantage sur les bâtiments et les politiques, et moins sur les merveilles et le luxe à mesure que vous vous développez.

#8
+3
Drew
2010-10-12 18:42:03 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Cela m'arrive dans tous les jeux auxquels j'ai joué, simplement parce que j'ai tendance à prendre beaucoup de villes par conquête.

Quelques idées qui n'ont pas retenu beaucoup l'attention dans les autres réponses :

1) Jouez en Égypte. Pour les grandes civilisations, le tombeau funéraire est un excellent moyen d'ajouter du bonheur tôt. Il n'y a pas de frais d'entretien, vous gagnez donc 2 bonheur par ville pour un coût très modique. Il remplace un bâtiment qui, autrement, ne donnerait pas de bonheur, donc cela semble presque gratuit.

2) Lorsque vous êtes en retard sur le bonheur, n'ayez pas peur de raser les villes . Dans les anciennes versions de Civ, je n'ai presque jamais fait cela parce que je risquais que l'IA envoie un colon rapide, et cela avait aussi des ramifications diplomatiques. Au début, j'ai joué à Civ 5 de cette façon, mais je me suis vite rendu compte qu'il était trop facile pour que le bonheur devienne incontrôlable. Maintenant, chaque fois que je gagne une ville par conquête, j'installe un gouvernement fantoche et je le laisse en place jusqu'à ce que la ville tente de construire quelque chose que je n'aime pas. Si mon bonheur menace de descendre en dessous de -8, je commence à raser mes villes les moins productives. Je sais que je peux toujours renvoyer des colons dans ces endroits, et cela me sauvera un peu de malheur ainsi que les 5 pièces d'or par tour pour l'entretien d'un palais de justice. Éviter la production de -50% qui vient du bonheur à moins de -10 doit être fait à tout prix. Essayer de vous sortir de la pénalité est extrêmement difficile et vous met vraiment dans un trou. Raser les villes est toujours un dernier recours pour moi, mais ce n'est pas une décision automatique comme c'était le cas dans Civ IV.

3) Commencez à construire des bâtiments du bonheur avant de faire la guerre. I va généralement lever et armée et commencer à construire des bâtiments de bonheur immédiatement après. Je sais que les villes entrantes causeront de grandes quantités de malheur alors j'essaye de générer une grande bulle de bonheur positive avant de prendre les villes. J'ai trouvé qu'être plus de +20 avant la guerre aide à neutraliser le problème avant qu'il ne commence.

#9
+2
yup
2011-11-11 03:41:05 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Deux excellentes options pour la paix pour 12 villes:

Refuse, cette civilisation est terminée, votre armée peut lentement traverser les villes restantes et accumuler d'immenses XP. Jetez les palais de justice, vous ne serez pas frappé par le malheur rapide -50, et vous pourrez lentement gérer vos conquêtes vers le bonheur. Bien sûr, cela vous demandera une autre heure de votre vie.

Acceptez le marché, puis vendez quelques villes périphériques à un autre empire. Assurez-vous que les autres civilisations ont beaucoup d'or. Même en cas de grandes difficultés, ils paieront des milliers de dollars pour une petite ville, alors assurez-vous qu'ils l'ont. En fait, ils rejetteront votre «que me donnerez-vous» parce qu'ils l'apprécient tellement, qu'ils pensent obtenir un accord, vous pouvez en obtenir 3000-6000 pour les villes de taille 4. Vous déchargez donc un peu de malheur et les 5000 devraient acheter environ 25 points de bâtiments de bonheur. Vendez 2 villes, et vous venez de vous acheter une ville entière, parfaitement heureuse, prête à partir (et finalement elles finiront leurs palais de justice et seront plus heureuses)

Vous devrez faire tout le travail régulier trucs de maintenance de bonheur quand même

#10
+1
Caortiz97
2012-04-17 01:46:50 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'aime beaucoup utiliser une politique sociale qui donne +1 bonheur par ville connectée à la capitale, qui fait que mon bonheur passe à +80 même quand je conquiert d'autres empires, le bonheur est toujours au-dessus de 50. De toute façon j'ai beaucoup de villes (comme 60) et 90% d'entre eux sont connectés à la capitale. Je construis aussi dans chaque ville: un monument, une bibliothèque, un cirque, un collesseum; et un théâtre dans la plupart d’entre eux.

#11
-3
Caio
2011-06-09 15:22:58 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Allez dans la ville dont vous n'avez pas besoin pour grandir et basculez "éviter la croissance" ... pas de croissance, pas de malheur. Il est inutile que toutes vos villes passent comme 10 citoyens.

Le nombre de citoyens n'est qu'une partie de l'équation du malheur. Le nombre de villes fait également partie. Ainsi, même si toutes vos villes n'avaient pas de croissance définie, vous seriez toujours plus malheureux si vous acquériez de nouvelles villes, par exemple grâce au commerce mentionné dans le PO.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 2.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...